d’Andrınople Selimiye, Fazıl Bülent Kocamemi

selimiye9
Fransızca Çeviri Metin; Fazıl Bülent Kocamemi
Kaynak : Vakıflar Bölge Müdürlüğü tarafından yayınlanan Selimiye tanıtım kitapçığı
Fazıl Bülent Kocamemi üstadımızın Edirne’mize çok güzel bir katkısı,Vakıflar Bölge Müdürlüğü tarafından basılan tanıtım kitapçığını Fransızcaya çeviren üstadımıza minnettarız, ama maalesef,Selimiye Camiimizin İngilizce,Fransızca,Almanca olarak baskısı henüz yapılmadı.
LA DIRECTION DES FONDATIONS DE LA REGION D’ANDRINOPLE
SELİMİYE
Sayfa 3
PRESENTATION
La mosquée et les ensembles architecturaux (külliye) Selimiye, ne sont pas uniquement les monuments les plus merveilleux de son époque mais aussi ceux de six siècles de règne ottoman. Chaque élément de ce chef-d’œuvre réalisé par l’architecte Sinan présente une beauté et une particularité différente qui démontrent que l’Empire Ottoman était un état universel et sa conception de civilisation sont d’envergure mondiale.
Durant sa vie approchant les 450 années Selimiye a survécu à des maintes difficultés. Elle a subi des tremblements de terre et des tempêtes. Elle vécut des occupations, devint le cible des obus. Mais rien n’a pu ébranler la grandeur de ce chef d’œuvre. Elle continua à se présenter au monde entier avec sa tenue magnifique et sa dignité. Elle fut admise sans discussion comme l’apogée de l’architecture ottomane durant des siècles. Finalement, l’UNESCO, en Juin 2011, annonça que la mosquée et les ensembles architecturaux (külliye) Selimiye sont désormais reconnus comme faisant partie du Patrimoine Mondiale.
Dans ce livret, nous avons étudié à fond certaines particularités de notre Patrimoine Mondiale à la lumière des documents authentiques existants.
Outre sa position imposante et son effet évident sur la silhouette de la ville, les matériaux utilisés, la main-d’œuvre, son esthétique et ses dimensions, elle a plusieurs particularités qu’on ne peut pas décrire et comprendre ici dans ce livre.
Nous remercions et prions pour ceux qui l’ont construit, l’ont fait construire, réparés et protégés ce chef-d’œuvre et ceux qui l’ont ou l’auraient participé, même de façon infime, à cette tâche.
Hayati BİNLER
Le Directeur des Fondations, Andrinople
Sayfa 5
SA CONSTRUCTION
La mosquée Selimiye fut construite de 1568 à 1574.
Juste sur la porte de la cour intérieure à l’iwan, se trouve une inscription en arabe rédigé par le poète andrinopolitain Sofi-zâde Dâi Çelebi. Là on peut lire que la construction de la Mosquée fut commencée en 976 et achevée en 982.
L’an 975 de l’hégire correspond à une date entre 1568 et 1569 ap J.-C. Lorsqu’on a étudié le début de la construction pour déterminer exactement la date d’ouverture des travaux, on a lu dans l’ordre adressé le premier Avril 1568 par le Divan au commandant en chef des Janissaires, que les travaux de construction de la mosquée continuent et que de nouveaux ouvriers choisis parmi les novices doivent être recrutés. En outre, nous savons que le Sultan Selim II a visité Andrinople accompagné des employés de haut grade de l’Etat et s’est installé au palais d’Andrinople au mois de Juillet 1567, y a passé l’hiver pour enfin quitter la ville le 26 Avril 1568. Quand on prend en considération la durée de séjour du Sultan à Andrinople et la date de l’ordre du Divan date du début de la construction de la Mosquée, on voit que c’est l’année 1568 et que le Sultan se présenta personnellement à la prière du début des travaux de fondation.
La date de 982 donnée pour l’achèvement de la construction correspond à une date entre 1574 et 1575. Le Sultan Selim II, apprenant directement par l’architecte Sinan que la construction touchera à sa fin peu de temps après, envoya le 26 Novembre 1574 un ordre au Kadı d’Andrinople pour lui demander d’inaugurer la mosquée le vendredi et de préparer le clergé. Suivant cet ordre nous voyons que la construction fut achevée vers la fin de l’an 1574.
Sayfa 7
LE SULTAN SELİM II (SELİM II LE BLOND)
Le prince Selim, naquit en 1524, fils de Soliman le Magnifique est son père et de Hürrem (Roxalane) sa mère. Il devint Sultan Ottoman en 1566 étant le seul fils du Sultan Soliman le Magnifique qui perdit sa vie pendant le siège de Zigetvár.
Le Sultan Selim II fit construire des mosquées grandioses suivant la tradition ayant pour but de démontrer la force et la richesse de l’Etat. Il décida de faire construire une grande mosquée à Andrinople, tâche qu’il confia à Sinan, le chef architecte. Il ordonna de ne pas se préoccuper des dépenses et nomma sous ses ordres les meilleurs artisans de l’époque. Ce qui incita le sultan à choisir Andrinople et non İstanbul comme lieu de construction de la mosquée c’est d’abord parce que cette ville devint importante à la suite des campagnes vers l’Europe et parce que, imagine-t-on, le sultan éprouvait un grand amour et attachement envers Andrinople où il séjourna longtemps pendant sa jeunesse.
Lorsque Selim II reçut la nouvelle de l’achèvement de la construction de la mosquée il planifia de l’inaugurer à la prière de Vendredi. Pourtant, cela fut impossible à cause de sa maladie. Le sultan se reposa à İstanbul et mourut au mois de Décembre 1574. Son corps fut enterré par Sinan dans le turbeh qu’il construisit dans le jardin de la mosquée Sainte Sophie.
Même s’il n’a pas pu voir son inauguration, les générations futures ont fait vivre son nom sur en nommant cette grande mosquée : Selimiye.
Sayfa 9
L’ARCHITECTE SİNAN
Sinan fait partie du peu d’architectes appelés par son prénom dans l’histoire de l’architecture. Même si on ne connaît pas la date exacte de sa naissance, on l’évalue à 1489 ou 1490. Il fut engagé comme devchirmé au temps de Selim I et envoyé à l’officine des novices. Suivant la tradition, on donne comme nom de père à ceux qui changent de religion et deviennent Musulmans et on les appelle devchirmés qui signifie “l’esclave de Dieu”. Donc il fut nommé Sinan fils d’Abdülmennan.
A la caserne des janissaires Sinan apprit la menuiserie, son premier métier. A propos de sa future vie professionnelle, il disait “… J’ai travaillé sous les ordres de mon maître comme le pied fixe d’un compas, j’ai observé avec fermeté le centre et la périphérie. Puis, comme le pied mobile du compas j’ai eu l’ambition de me promener dans d’autres pays étrangers. En me promenant dans les pays arabes et iraniens sous les ordres du Sultan, je suis rentré à İstanbul après avoir mémorisé un détail de madrasa et de chaque khanquah délabré”. Il a participé aux campagnes de Belgrade, Rhodes, Mohacs, terres Allemandes, Bogdan, Iran, Corfou, Puglia et dernièrement Karabogdan. Pendant ces campagnes, il a construit en peu de temps des ponts et des navires pour faciliter le passage de l’armée. Grâce à ses succès il fut admis au service du palais Ottoman et nommé chef architecte.
Il garda ce poste pendant les règnes de Soliman le Magnifique, de Selim II et de Murat III. L’architecte Sinan le Grand construisit aux quatre coins de l’Empire plus de 300 œuvres de Mekka à Mostar et de Crimée à Aleppo. A propos du développement de son art il disait: “J’ai construit la mosquée Şehzade pendant ma période de Kalfa et j’ai accompli ma maîtrise après la construction de Süleymaniye. Mais j’ai montré ouvertement et clairement toute ma capacité ici à la construction de la mosquée Selim Khan”.
Il rendit son dernier souffle à İstanbul, en 1588 et fut enterré juste à côté de la mosquée Süleymaniye, dans le turbé qu’il construisit pour lui-même. Sur l’épigraphe écrit par son ami Sâi Mustafa Çelebi on lit: “Sinan, le doyen des architectes trépassa / Que jeune ou vieux tout le monde octroie le Fatiha pour son âme”.
Sayfa 11
SELİMİYE, LE PATRIMOINE MONDIAL
La mosquée et le complexe architectural (külliye) Selimiye sont parmi les dix patrimoines culturels mondialement admis.
La durée d’attente de l’admission de la mosquée et ses ensembles architecturaux commença en l’an 2000 suite à la notification de la demande d’ajout à la liste Provisoire de Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Les préparations pour le dossier de candidature ont été achevées en 2010 et envoyées au centre de l’UNESCO, à Paris. Au 35ème Comité de la Patrimoine Mondial qui a eu lieu le 19-29 Juin 2011 Le Comité déclara à unanimité l’admission de la Mosquée Selimiye et ses ensembles architecturaux comme Patrimoine Mondial. Sur la page ci-contre on peut voir le certificat daté du 29 Juin 2011.
Sayfa 13
LE DÔME
Le dôme gigantesque de Selimiye est maçonné avec des briques. Le dôme s’élève sur six pattes d’éléphant. Il a une place très importante dans l’histoire de l’architecture mondiale. Pendant la période de restauration de Selimiye en 1980 on a mesuré le dôme grâce à l’échafaudage : la hauteur à partir du centre du dôme au plancher est de 42,30 mètres et son diamètre est de 31,25 mètres. Selon l’architecte M. Doğan Kuban, le diamètre Nord-Sud est de 31,70 m. Et celui Est-Ouest est de 31,20 m. Le dôme est recouvert extérieurement par des plaques de plomb totalisant 70 tonnes. 32 fenêtres sont ouvertes dans le cerceau du dôme. L’inscription calligraphique de la sourate Al-Ikhlas écrit par Nakşî Molla Mustafa date de la période de restauration de 1808.
Sayfa 15
LES MINARETS
Aux quatre coins de la salle de prière de Selimiye se trouvent quatre minarets à trois balcons. La hauteur de ces minarets les met à la première place parmi les minarets seldjoukides et ottomans. Pendant le renouvellement des plombs du capuchon du minaret Nord-Ouest on a mesuré sa hauteur qui est de 85,67 mètres.
Deux des minarets qui sont placés devant la cour ont chacun trois escaliers indépendants. Grâce à cette disposition trois personnes peuvent monter aux trois balcons sans se croiser et ces escaliers se réunissent au troisième balcon. Les deux minarets placés à côté des madrasas ont chaqu’un deux escaliers de 3,80 mètres de diamètre et c’est un succès architectural inoui pour un minaret à trois escaliers de cette hauteur. Sinan a dit: “Le minaret de la mosquée ‘Üç Şerefeli’ (avec trois balcons) est comme une tour car elle est très épaisse, mais le minaret de celle-ci a un petit diamètre qui renferme trois escaliers. On peut raisonner facilement combien une construction de ce type d’architecture est difficile ».
Sayfa 17
LES COLONNES
A l’intérieur et dans la cour de Selimiye il y a plusieurs colonnes qui portent le dôme et les arcades. Une partie de ces colonnes a été récupéré à partir de restes d’édifices antiques d’Athènes et une autre partie de Chypre d’Enos, d’Egypte et de Syrie. Des centaines d’ouvriers ont mis plusieurs mois pour transporter ces colonnes. Sans doute, les plus précieuses de ces colonnes sont celles qui soutiennent les arcades de la salle d’ablution. La hauteur moyenne est de 6,84 mètres. Il est vraiment très rare de trouver du porphyre de cette longueur.
On a apporté des pierres colorées de Ferrara, et des marbres des carrières de Kavala, d’Aydıncık et de l’île de Marmara.
Sayfa 19
LES VOLETS DES FENÊTRES
Le contour des fenêtres ouvertes dans le mur Sud de l’espace de prière réservé au Sultan est façonné comme un mihrab. Les volets des fenêtres sont en bois d’ébène. Le volet gauche mesure 48 x 155 cm, le volet droit 45 x 155 cm. Ces volets qui sont réalisés selon la technique de nidification ont trois panneaux. L’incrustation d’ivoire et, même rarement, la technique de tarsî sont utilisées dans la décoration. Ainsi, on obtient un contraste de couleurs très harmonieux entre la couleur foncée de l’ébène et la blancheur de l’ivoire.
On voit une paire de volet qui ressemble à ceux-là à la mosquée Süleymaniye, dans l’espace de prière du sultan. On peut en déduire que les exemples réalisés avec des matériaux précieux comme l’ébène et l’ivoire sont choisis pour décorer les espaces comme ceux de prières des sultans.
Sayfa 23
ARASTA (LE BAZAR)
Arasta est un bazar sous forme d’une rue couverte ou en plein air où sont réunis les négociants qui vendent les mêmes produits.
Le plan de l’arasta de Selimiye a la forme de la lettre T renversée. 80 boutiques y sont placées. Le dôme de prière se trouve là où s’entrecroisent les deux branches. Jadis, les négociants de l’arasta y priaient ensemble pour l’abondance avant d’ouvrir leurs boutiques. Evliya Çelebi qui visita Andrinople en 1653 racontait qu’on y vendait des chaussures. Actuellement on y vend des objets touristiques.
Dans certaines éditions on prétend que la construction de l’arasta fut commandée à l’architecte Davut Ağa par le Sultan Murat III qui régnait de 1574 à 1595 mais on en n’est pas sûr. La mosquée, la madrasa et le da’rül kurra de l’ensemble architectural de Selimiye étant inscrites au nom du Sultan Selim II sur le titre de propriété, l’arasta est inscrite au nom de la Direction Générale des Fondations. Ce qui montre qu’il fut construit après le règne de Murat III. Pourtant lorsqu’on étudie la technique architecturale de l’arasta, on constate que le dôme de prière porte l’empreinte du style de Sinan. D’ailleurs Sinan a édifié le même type de dôme de prière dans la construction de l’ensemble architectural qu’il a construit au nom de Sokollu Mehmet Pacha à Havza et Lüleburgaz. En outre, une partie des boutiques alignées devant le mur côté cour de la Mosquée forment en réalité l’étage inférieur de Dar’ül Kurra. Donc, même si certaines sections sont construites entre 1568 et 1574 par Sinan, nous pouvons imaginer que la transformation en arasta fut réalisée probablement pendant le règne du Sultan Murat III par l’architecte Davut Ağa.
Sayfa 23
LES GOUTTIERES (ÇÖRTENLER)
Les édifices historiques ont des gouttières en pierre ou en marbre pour faire écouler l’eau de la pluie ou de neige loin des murs. On les appelle ÇÖRTEN (lire: tchœrtène).
Toutes les gouttières de Selimiye sont en marbre. Elles sont soutenues par des consoles en pierre car elles sont très lourdes et grandes.
La toiture de la mosquée est complètement en marbre à commencer du point le plus haut jusqu’aux murs des façades et parfaitement graduelle. L’écoulement des eaux de pluie et de neige est parfaitement controllé. On a réussi à canaliser les eaux de pluie et de neige vers les gouttières et à les faire s’écouler loin des murs grâce aux inclinaisons.
Sayfa 23
LA MAQSURA OU L’ESPACE RESERVEE AU SULTAN (HÜNKÂR MAHFİLİ)
L’espace de prière réservé au Sultan dans la mosquée Selimiye se trouve en face de la porte d’entrée, au coin gauche, à l’étage supérieur. Cet endroit privilégié s’ouvre à l’intérieur comme à l’extérieur de la Mosquée. Son architecture est celui d’un balcon soutenu par quatre colonnes en marbres.
De cet endroit (mahfil) on passe par une porte ouverte vers la direction du mihrab, dans une petite chambre utilisée par les Sultans comme chambre d’ablution et de préparation à la prière.
Les murs du Mahfil sont recouverts par des carreaux de céramique d’Iznik (Nicea). Malheureusement, une partie de ces carreaux de céramique fut volé. Ces carreaux de céramique furent arrachés et emportés pendant la guerre Russo-Ottomane de 1877-1878 par le Général Skobelev et se trouvent actuellement au Musée de Moscou. Cette anecdote est racontée pendant l’invasion Bulgare de 1913 par l’officier Tartaro-Russe Dr. Rıf’at Osman Tosyavîzâde. A la place de ces carreaux de céramique, un peintre a peint des dessins semblables pendant la restauration de 1882/3 suivant l’ordre du Préfet d’Andrinople Kadri Pacha. On dit que ces carreaux de céramique se trouvent aujourd’hui au Musée Hermitage de St.-Petersbourg, en Russie.
Sayfa 29
L’EMPREINTE D’OBUS
Pendant l’invasion d’Andrinople par les Bulgares en 1912-1913, plusieurs monuments ont été endommagés. Selimiye a aussi reçu sa part d’obus des canons bulgares. Huit des obus lancés par l’artillerie bulgare afin d’endommager la mosquée ont touché leurs buts. Pendant la visite qu’il réalisa en Décembre 1930 à Andrinople, Atatürk a vu ces empreintes prononça ces mots : “Cela ne sera jamais réparé afin de démontrer au monde entier combien les bulgares se sont comportés lâchement et impudemment envers les œuvres d’art et leur montrer que ces empreintes seront le signe de la vengeance nationale”. On n’a pas réparé cette empreinte situé sur la façade Est et juste au dessus du lieu d’ablution pour respecter les directives d’Atatürk.
Sayfa 33
LA BIBLIOTHEQUE
La bibliothèque de Selimiye se trouve en face de l’entrée principale, au coin droit et à l’étage supérieur. Elle renferme plus de 3000 manuscrits parmi lesquelles on peut citer des Corans, des hadiths, des tafsirs, des livres d’histoire, de linguistique, de lettre et de médecine. Les plus importants sont les offrandes du Sultan Selim II. Çelebi Mustafa Pacha, un des vizirs de l’époque de Selim et Hacı İzzet Bey l’un des préfets d’andrinople ont aussi offerts un nombre important de livres. Selon rif’at Osman les bulgares ont volé 35 manuscrits pendant l’invasion de 1913. Parmi ses derniers il y a un Coran de valeur inestimable et merveilleusement décoré par Yakut, un grand maître de calligraphie. Bogdan Filov, le directeur du musée bulgare, précisait que pendant la période d’invasion ils avaient sélectionné 44 livres de valeur historiques et les ont volé : “Nous avons choisi 44 manuscrits décorés de la bibliothèque de Selimiye, établi la liste et transporté vers notre dépôt”. Dans le même journal on lit: “… Nous sommes de nouveau allés à Selimiye visiter la bibliothèque. Plusieurs livres étaient endommagés mais nous en avons ramassé un grand nombres merveilleusement décorés”. Tout les livres qui ont réussi à parvenir à nos jours sont photographiés et enregistrés dans les archives par La Bibliothèque populaire de la Ville d’Andrinople. Les chercheurs qui le désirent peuvent en profiter avec rémunération.
Sayfa 35
LES TOURS DE PESANTEUR.
Les tours de pesanteur sont les tours que l’on place aux pieds des grands dômes pour qu’ils ne s’effondrent pas en s’écartant.
A Selimiye, il y a huit tours vides de pesanteur autours du dôme central. Elles sont placées sur les prolongements extérieurs des pattes d’éléphant. Ils ont la forme octogonale et complètement recouverts de plomb. Les faces extérieures des tours sont recouvertes de minuscules dômes pointus sur lesquels est fixé un croissant. Ces tours de pesanteur constitue une résistance à l’écartement du dôme colossal de Selimiye tout en y ajoutant une beauté esthétique à la mosquée.
Sayfa 37
LE MINBAR
On a construit le minbar de Selimiye avec les marbres blancs de l’île de Marmara. Ses deux faces et les balustrades sont ajourées et décorées comme une dentelle. Le minbar en forme de triangle rectangle a une hauteur de 13,60 m. Il compte 24 marches. Le mur dorsal et le bonnet du kiosque sont recouverts de céramiques d’İznik (Nicea). Juste au-dessus de l’entrée se trouve une plaque en marbre où est inscrit en or le Kelime-i Tevhid (Je témoigne qu’il n’y a Dieu que Allah et Mahomed est son messager).
Ce minbar est admis comme la plus grande réussite de décoration, de carreaux de céramique et de la grandeur de l’art turc.
Sayfa 39
LA BELVEDERE DES ABLUTIONS
Le belvédère des ablutions est en marbre blanc et se situe au milieu de la cour à arcades. Sa base est un peu plus bas que celle de la cour pour faciliter l’ablution. Elle a la forme d’un bassin à seize faces. Au milieu se trouve une girandole. On aperçoit un robinet sur chaque face. Juste au-dessous des robinets il y a une pierre pour poser les pieds pendant l’ablution. Les conduits qui y figurent facilitent l’écoulement de l’eau en les empêchant de tressauter
En 1808, la partie supérieure a été recouverte avec un toit en bois par des personnes incompétentes. N’en parlons plus car cette couverture esthétiquement laide fut enlevée pendant la réparation de 1910 et le belvédère retrouva sa forme originelle.
Sayfa 43
LES TAPIS
L’aide de camp du roi bulgare Ferdinand I s’empara  une partie des anciens tapis de la mosquée Selimiye pendant les Guerres Balkaniques de 1912-1913. Quelques pièces ont été transporté à İstanbul au Musée des Arts Turcs et Islamiques dans le but de les protéger. Ces pièces sont de ces types de tapis décorés du dessin de mihrab est prennent la forme de “saf seccade” lorsqu’elles sont alignées côte à côte. Les dessins de fleurs comme la tulipe, œillet, rose et jacinthe donnent à ceux qui prient la sensation de prier dans un jardin fleuri. Cette pièce de tapis, sur la photo a été tissée à Uşak au 17ème siècle.
Sayfa 45
LA CIMETIERE
Du côté de la qibla de Selimiye, entre deux madrasas se trouve le cimetière.
Dans le cimetière, au turbeh en forme de camérier à quatre colonnes est enterré le prince Selim, fils du Sultan Ahmet III, mort en 1717/18 à Andrinople quand il était encore un petit enfant. A côté de ce turbeh se trouve un tombeau en forme de cercueil peint aux couleurs du drapeau turc où est enterré le Capitain Reşit Bey mort à la Guerre des Balkans en 1913. Sur un autre tombeau on voit sur la dalle funéraire le dessin d’une palette et d’un pinceau et où est enterré le médecin et peintre Cevad Seyyid mort quand il était le chef de l’Hôpital Militaire d’Andrinople. Il est le fils de Süleyman Seyyid peintre bien connu. Le tombeau de Dilaver Bey, l’un des anciens maires d’Andrinople, mort en 1919, fut transféré à cet endroit du cimetière de Zindanaltı enseveli sous le nouveau stadium.
Sayfa 47
LES PATTES D’ELEPHANT
Le dôme de Selimiye repose sur huit pattes d’éléphant. Ces pattes d’éléphant ont douze façades. Elles sont hautes de 11,70 m. Et ont un diamètre de 3,80 m. Elles soutiennent tout le poids de la coupole avec ses chevalements. Sinan, en utilisant le système octogonale ôta aux murs leur rôle porteur et les utilisa comme murs de séparations. Ainsi il a obtenu la possibilité d’ouvrir des rangées de fenêtres sur la surface des murs afin de réaliser un espace lumineux et spacieux.
Sayfa 49
LA CITERNE
Les citernes sont des réservoirs souterrains qui servent à accumuler l’eau de pluie et les eaux souterraines. La citerne de Selimiye se trouve dans la cour extérieure, devant le hammam du Sérail. Même si on n’a pas d’information jusqu’en 1983, on en sait plus depuis les travaux d’installation électrique dans le jardin. Elle fut construite en briques. Dans le hammam situé non loin de cette citerne il y en a encore deux autres et celles-là sont probablement en contact souterrain avec la citerne de Selimiye. La citerne de Selimiye joue actuellement son rôle d’accumulation d’eau.
Sayfa 51
LE LUSTRE
Le lustre est suspendu devant le mihrab. Il a été fait cadeau en 1890 par le préfet d’Andrinople qui l’avait acheté avec son revenu personnel. Arif Pasha a dépensé 150 livres or pour ce lustre. Une livre or étant égale à 7,2 gr. d’or, sa valeur correspond aujourd’hui à une livre or de la République Turque (1 or Atatürk).
Sayfa 53
LA NICHE D’OBJETS PERDUS
Autrefois, les gens qui trouvaient de l’argent ou d’autres objets allaient les poser dans les niches creusées dans les murs. Celui qui avait perdu ces biens allait regarder dans ces niches et retrouvait ce qu’il avait perdu.
L’un de ces exemples d’entraide sociale, se trouve sur le mur de la cour extérieure de Selimiye, au coin en face du hammam du sérail. Cette niche est marquée par une décoration en forme d’arcade.
Sayfa 55
LE MAHFİL DES MUEZZINS
Les mahfil de muezzins sont en général placés à l’arrière ou proche de murs des mosquées. Mais dans Selimiye il est juste au centre. Sinan a conçu un espace tellement large et rafraichissant qu’il n’a vu aucun inconvénient de à placer le mahfil au centre de la mosquée avec en dessous un petit bassin.
Le mahfil a la forme d’une charmille posée sur treize colonnes en marbre. Il a une forme carré de 6,60 x 6,60 m. La hauteur de son étage supérieur est de 2,07 m. On y monte par un escalier tournant en pierre.
Une partie de la décoration edirnekârî qui orne les façades en bois restent datent du temps de la construction de la mosquée. Des personnes incompétentes ont recouvert ces ornements avec de la peinture à huile. On a enlevé manuellement cette couche de peinture pendant la restauration de 1983-1985 avec des produits chimiques spéciaux et on a réussit à faire ressortir leur beauté.
Sayfa 57
LA CHAMBRE DE REGLAGE DES TEMPS DE PRIERE (MUVAKKİTHANE)
Les muvakkithane sont des petits édifices à une ou deux chambres situées non loin des mosquées. On y trouve des cadrans solaires et des astrolabes qui servent à déterminer les heures de prière, le commencement et la fin des jours sacrés. Le muvakkithane de Selimiye se trouve sur la porte nord de l’arasta. Il est utilisé de nos jours comme chambre de gardien de l’arasta.
Sayfa 61
LA TULIPE RENVERSEE
Sur la colonne située au coin Sud-Est de la place du muezzin est gravé maladroitement un dessin de tulipe renversée d’environ 15 cm. De nos jours on raconte maintes histoires sur cette tulipe. La plus rependue est celle où la tulipe représente la femme qui n’avait pas voulu céder son terrain pour qu’on y construise la mosquée. Vous ne pouvez lire cette anecdote dans aucune source historique car elle n’est pas vraie. A propos du terrain de la mosquée, dans la lettre de fondation du Sultan Selim II il est écrit : “Sur le mont à l’air pur situé au centre de la ville, là où se trouve un terrain détaché du vieux sérail, s’est formé un lieu à contempler la beauté. Sur cet emplacement Sultan Selim, fils du Sultan Soliman, a fait élever une mosquée qui ressemble au paradis…” D’ici on déduit que la mosquée est élevé sur un terrain détaché du terrain principale de l’ancien sérail. On n’a pas eu besoin de faire appel à l’expropriation car le terrain appartenait à l’Etat. Cette forme de tulipe est d’ailleurs apparue après les années 1800. Elle doit être la “signature” d’un artisan qui faisait partie de l’équipe qui réalisait les travaux de restauration.
Sayfa 63
LE MIHRAB
Le mihrab de Selimiye en marbre blanc a une apparence monumentale. Mais du point de vue ornement il est plutôt simpliste. Des contours demi-sphériques sont placés sur les deux côtés. Au dessus de la niche de forme anguleuse on lit le “Kelime-i Tevhid” (Je témoigne qu’il n’y a d’autre dieu que Dieu. Je témoigne que Mouhammad est le messager de Dieu). Le mihrab se termine en haut par un triangle sur lequel est inscrit le verset 37 de la sourate Âl-i İmrân: “Et Il en confia la garde à Zacharie”. Sur les deux côtés du triangle se trouve deux ornements en forme de croissant. Sur celui de droite est gravé le nom d’Allah et sur celui de gauche le nom de notre prophète. Sultan Selim II a donné à l’architecte Sinan l’ordre de recouvrir les murs avec des carreaux de céramique jusqu’au niveau des fenêtres et d’écrire sur les fenêtres avec les mêmes céramiques la sourate Al-Fatiha.
Sayfa 65
LES PIERRES DE REPOS
Jadis on posait à certaines places des pierres spécialement conçu pour permettre aux gens fatigués de se reposer.
Dans le complexe de Selimiye on en trouve plusieurs. Celles les plus remarquables se trouvent sur l’escalier tournant qui relie la cour de la mosquée à l’arasta. Ces pierres sont très volumineuses et sont placées aux coins du haut des escaliers. Ceux qui sont fatigués se reposent ici.
Sayfa 67
BESLEME (Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.) CALLIGRAPHIQUE
Le Sultan Mahmout était un bon calligraphe qui fut l’élève de Râkım Efendi. Il offrit une calligraphie qu’il rédigea en 1837, à la mosquée Selimiye pendant sa visite à Andrinople. Sur cette calligraphie écrite sur une plaque en bois on lit le besmele et la signature du Sultan Mahmout II. Cette calligraphie est actuellement gardé au musée de la Fondation Selimiye (Dar’ül Kurra) qui se trouve dans la cour extérieure de la mosquée.
Sayfa 69
LES CARREAUX DE CERAMIQUE
Les carreaux qui ornent les murs de Selimiye sont produits à İznik avec la technique sıraltı (au-dessous du vernissage). Ce sont les plus beaux carreaux de l’Empire Ottoman et une production de cette qualité n’a duré qu’un seul siècle. Il est impossible de produire aujourd’hui des carreaux de céramique de la même qualité. Le Sultan selim II a personnellement été concerné de par la production. A propos du retard de production il envoya un ordre au préfet d’İznik et soulignant l’importance de ce travail lui demanda de ne pas trainer. Avec un autre ordre il demanda à Sinan l’architecte de recouvrir les murs avec des carreaux de céramique jusqu’au niveau des fenêtres et d’écrire sur les fenêtres avec les mêmes céramiques la sourate Al-Fatiha. Sinan, sur cet ordre, décora l’alentour du mihrab avec les carreaux mondialement connus et fit rédiger le sopurate al-Fatiha au calligraphe Hasan Çelebi.
Sayfa 71
LE CADRAN SOLAIRE
Il y a trois cadrans solaires juste à droite de la porte d’entrée qui s’ouvre depuis l’arasta sur la cour avec belvédère. Ce sont des cadrans solaires verticaux de modèle triangulaire. Le cadran placé juste à côté de la porte est plaqué sur de la pierre. Si on peut distinguer les lignes de solstice d’hiver et d’été, les lignes des heures sont invisibles. Son gnomon n’existe plus. Les deux autres cadrans sont à la droite de celui-ci. Celui placé plus haut est en marbre et fixé au mur. Les lignes des solstices et des heures sont en bon état et gardent leurs gnomons). Celui situé plus bas est plaqué sur une pierre comme le premier. La fonction principale de ce cadran qui préserve encore son gnomon (ou style à vous de choisir ) est d’informer le temps qu’il reste jusqu’à la prière de fin d’après-midi.
Sayfa 73
LES CROISSANTS AVEC SOCLES (ALEM)
Plusieurs croissants avec socle en pierre, marbre et métal sont utilisés à Selimiye. Les plus majestueux sont ceux des dômes et des minarets. Le croissant du dôme centrale, la koubba principal, comparé aux dimensions gigantesques du dôme paraît être petit mais est haut de 6 m. Son socle est en métal cuivré et les autres parties en cuivre. En 2008 on l’a recouvert par des feuilles d’or grâce à un échafaudage monté tout autour.
Les croissants des minarets ont une hauteur de 4 m et sont en cuivre. Ils ne sont pas authentiques car ils ont été remplacés suite à une bourrasque.
Sayfa 75
LES EDIFICES POUR L’ENSEIGNEMENT
Dans le complexe de Selimiye se trouvent trois lieux d’enseignement : Madrasa, l’école primaire, Dar’ül kura.
Madrasa : Se trouve au coin Sud-Est de la cour extérieure. Un édifice à un étage bâti par Sinan. Sa cour intérieure n’est pas couverte et elle est entourée par des colonnades. Les chambres sont alignées tout autour de la cour. Madrasa correspond à l’université de notre époque. Actuellement ce bâtiment est le siège du Musée des Œuvres Islamiques et Turques.
Dar’ül kura : Se trouve au coin Sud-Ouest de la mosquée juste au coin symétrique de la madrasa. Bâti aussi par Sinan, son plan ressemble à celui de la madrasa. C’est le lycée de notre époque. Il est actuellement le Musée de la Fondation de Selimiye attaché à la Direction Générale des Fondations.
Sıbyan Mektebi (L’école primaire de notre époque) : Placée devant l’arasta et collé à son mur. On imagine que son architecte est Davut Ağa. Il a un plan rectangulaire et a deux étages. Un dôme recouvre le deuxième étage.
Sayfa 77
LA CHARTE DE FONDATION
Un extrait de la traduction de la charte de fondation de Selim II. Daté 987 de l’Hégire: